Exposition Intimités en migration

© photographie : Ninon Lacroix, affiche Emmanuelle Seguin (LESC)

 

L’ensemble de l’équipe intimigr’ est heureuse de vous présenter l’exposition intimités en migration qui se tiendra du 4 décembre 2023 au 3 janvier 2024 à la Maison de l’architecture IDF.

 

Au programme

4 décembre 2023, 18h-21h  : Vernissage

6 décembre 2023, 18h-21h : Table ronde intimité, migrations et arts  avec Ninon Lacroix (photographe), Sonja Evaldsson Mellström (Amsterdam Institute for Social Science Research, University of Amsterdam), Ousmane Faye

13 décembre 2023, 14h-18h : Conférence et visite commentée de l’exposition avec les étudiant·es du Master migration de l’ICM

18 décembre 2023, 18h-21h  : L’habiter et l’intime, rencontre à trois voix avec Claire Lévy Vroelant (Université Paris 8, LAVUE), Laetitia Overney (ENSA de Paris-Belleville / AUSser), Alexandre

 

Le projet

L’intimité appelle le respect d’une limite ; elle renvoie à l’intériorité et à la subjectivité. En situation de migration, lorsque le chez-soi n’est pas tout à fait défini, l’intimité semble encore plus mouvante et difficile à saisir.

Depuis 2020, des chercheurs et chercheuses (architectes, sociologues, anthropologues, géographes) de l’Institut Convergences Migrations travaillent avec des personnes en migration pour tenter précisément de comprendre comment l’exil reconfigure l’intime. Les projets tentent de saisir la pluralité des dimensions de l’intimité et leurs imbrications : l’attachement au lieu de vie, l’évolution de la  perception de soi et des autres, ou encore les façons par lesquelles les personnes migrantes se voient atteintes par des dispositifs de contrôle des corps.

L’exposition propose un parcours sensible à partir de la multiplicité des situations vécues par nos interlocuteurs et interlocutrices. Leurs expériences témoignent de l’indécision du départ, d’arrivées provisoires, incertaines, qui se stabilisent ou se pérennisent dans le mouvement et montrent à la fois la fragilité et la profondeur des vécus intimes. 

 

Autrices et auteurs : Clothilde Arnaud, Audran Aulanier, Yohann Caradec, Stéphanie Dadour, Juliette Duclos-Valois, Frédérique Fogel, Alice Latouche, Naoual Mahroug, Laura Odasso, Chloé Ollitrault, Betty Rouland, Marie Trossat, Ariane Zevaco

Mise en espace : Morgane Trouillet et les  étudiant·es de l’ENSA

Financeurs : Institut Convergences Migrations, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC), laboratoire Architecture, Culture et Société (ACS – ENSA Paris- Malaquais), laboratoire Méthodes et Histoires de l’Architecture (MHA – Université Grenoble- Alpes)

Intimigr’ dialogue avec le projet IntRA

Intimigr’ dialogue avec d’autres projets en cours. Actu du projet IntRA, Intimité, racialisation et affects dans les migrations contemporaines

Le projet IntRA, Intimité, racialisation et affects dans les migrations contemporaines (financé par l’ICM, en collaboration avec le CRESPPA GTM et l’Université d’Amsterdam) vise à explorer comment le nœud « intimité-racialisation-affects » se décline selon les contextes socio-culturels, l’histoire migratoire et coloniale, ainsi que les configurations politico-économiques. A travers trois axes thématiques (nation, parenté et famille ; asile et relations affectives ; intermédiaires, intermédiations et engagement), ce projet alimente les réflexions sur la relation entre l’intimité et la racialisation dans le cadre d’une journée d’études et plusieurs rencontres scientifiques. 
A l’occasion de ce projet internationale qui a réunit de chercheurs anglophones, néerlandophones et français pour deux jours de workshop, l’équipe de coordination – formée par Laura Odasso, Sonja Evaldsson Mellstrom et Jane Freedman – a également organisé une table ronde à la Maison de l’Architecture d’Ile de France. Lors de cette table ronde, recherche et pratique dialoguent pour explorer la portée de « l’intime » et son articulation avec la racialisation et l’économie affective dans les migrations contemporaines.

Stéphanie Dadour, maîtresse de conférence et architecte, a échangé avec : Saskia Bonjour, politiste professeure à l’Université d’Amsterdam et porteuse du projet Strange(r) Families. Political Contestation over Family Migration Rights for Non-Normative Families; Lynda Boutaleb, coordinatrice d’un programme pour Mineur Non Accompagné de Médecins du Monde à Toulouse et ancienne coordinatrice du Centre d’Accueil, de Soins et d’Orientation (CASO de Saint Denis) pour la même organisation, et Jane Freedman, professeure à l’Université Paris 8, membre du laboratoire CRESPPA, responsable des projets Violence against women migrants and refugees: Analyzing causes and effective policy response, et Feminist Representations : Sexual Violence Against
Women, Asylum and Testimony

PUBLI : “Ethnographies de la « famille transnationale »”, Migrations Société, 2023, dir. Frédérique Fogel et al.

Ethnographies de la « famille transnationale, Frédérique Fogel, Monica Schlobach, Neyra P. Solis (dir.), Migrations Société, Vol 35, n°192, 2023.

La « famille transnationale » est saisie dans ce dossier comme une expression-clef de nombreuses recherches en sciences sociales, notion référence et formule laconique utilisée pour décrire des situations et désigner des pratiques très variées. Il s’agit donc d’approcher cette « famille » soumise à la mobilité et à l’immobilité, non pas directement sur le plan théorique, mais en passant par l’ethnographie comme mode de connaissance anthropologique. Les six articles ici rassemblés présentent des cas singuliers, des individus, des groupes et des communautés divers, à des échelles spatiales et temporelles différentes. Ils décrivent des modalités du « faire famille en migration » et questionnent les relations de parenté, de parentalité, de sociabilité entre proches, ainsi que les tensions ou encore les ruptures de relations. Ensemble, ils montrent des troubles, éprouvent des normes, et ce faisant, ils forment matière à comparaisons.

PUBLI : Intimités en tension, L’Année du Maghreb, dir Laura Odasso et al, 2023

Dossier “Intimités en tension”,  Laura Odasso, Michela De Gicometti, Marion Breteau-Rosier (Dir.), L’Année du Maghreb, 2023, 29 vol 1.

 

Travailler sur l’intime, objet éminemment politique, permet d’interroger les visions dominantes et normatives du privé et du public et de comprendre comment elles se reproduisent, sont remises en question et/ou transgressées. Ainsi ce dossier rassemble des travaux sur la fabrique de l’intime en contexte méditerranéen et arabo-musulman sous l’angle des ruptures et des tensions qui le traversent. Déstabilisant l’ordre établi, les tensions et les contraintes viennent aussi stimuler de nouvelles capacités d’interagir individuellement et collectivement, elles participent à établir de nouvelles formes de contrôle social et institutionnel. Cette intimité sous tension nous invite alors à repenser le rapport au corps, à la maladie, aux rôles de genre, à la sexualité, ou encore au couple et à famille.

Du Maroc au Koweït, en variant les approches disciplinaires, ce dossier donne à lire des formes alternatives d’écriture, parmi lesquelles l’auto-ethnographie et la bande dessinée, pour aider à saisir les aspects allusifs, évocateurs ou non dicibles de l’intime.

PUBLI : The Gender of Borders, 2023, edited by Alice Latouche and al.

The Gender of Borders
Embodied Narratives of Migration, Violence and Agency

Edited by Jane Freedman, Alice Latouche, Nina Sahraoui, Glenda Santana de Andrade, Elsa Tyszler

This book brings an intersectional perspective to border studies, drawing on case studies from across the world to consider the ways in which notably gender and race dynamics change the ways in which people cross international borders, and how diffuse and virtual borders impact on migrants’ experiences.

By bringing together 11 ethnographies, the book demonstrates the necessity for in-depth empirical research to understand the class, gender and race inequalities that shape contemporary borders. In doing so the volume sheds light on how migration control produces gendered violence at physical borders but also through the politics of vulnerability across borders and social boundaries. It places embodied narratives at the heart of the analysis which sheds light on the agency and the many patterns of resistance of migrants themselves.

As such, it will appeal to scholars of migration and diaspora studies with interests in gender.

Buy here 

Workshop scénographie de l’exposition Intimités en migration

Du 13 au 17 février 2023, sous l’impulsion de Stéphanie Dadour, 23 étudiant·e·s de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Malaquais se sont réuni·e·s sous la supervision de Marie Trossat et Morgane Trouillet autour d’ un workshop dédié à la scénographie de l’exposition Intimités en migration.

Pendant une semaine, les étudiant·e·s ont travaillé à la conception de l’exposition, de la trame narrative à la scénographie de chacun des projets en passant par la création d’une identité visuelle.

Rendez-vous à la Maison de l’Architecture en Île-de-France du 30 novembre 2023 au 6 janvier 2024 pour le résultat final !

PUBLI : Marie Trossat – “L’Habitat inhabitable : le sous‑terrain comme lieu de vie”, Ambiances

L’Habitat inhabitable : le sous‑terrain comme lieu de vie, Ambiances, 2022, n°8.

À partir d’une enquête sur l’habitabilité de l’espace souterrain, l’article inaugure une discussion autour du concept de l’« habitat inhabitable ». Si nous argumentons que l’espace souterrain est fondamentalement inhabitable et ne peut être programmé comme habitat même dans des formes dites temporaires, notre but sera d’interroger sur quoi reposent les seuils d’acceptabilité. À partir de la description de trois espaces souterrains habités — les abris de la Protection civile à Genève en 1999 et de 2004 à 2018, l’espace zéro de la Gare du Nord à Bruxelles de 2016 à 2019 et les tunnels de chauffage à Bucarest de 1990 jusqu’en 2015 —, l’article propose de mettre en lumière les conditions de vie de ces espaces vis-à-vis du statut de leurs occupant.e.s, la généalogie de leurs occupations, leurs modalités de gestion et les ambiances qui en résultent. Le caractère inhabitable de l’espace souterrain repose sur les ambiances et les symboliques qui lui sont propres : il sollicite des thèmes tels que l’atrophie, la maladie, la prison, l’(in)visibilité, la dissuasion, la violence ou la mort. En ce sens, le caractère irrespirable de l’espace souterrain ne se qualifie pas nécessairement dans sa matérialité, mais dans les injonctions qui le guident et dans la place qu’il donne ou prive. Enfin, le concept d’habitat inhabitable cherche à favoriser une pensée sur des espaces extraordinairement communs autant qu’à établir des leviers d’action vis-à-vis des situations d’indésirabilité qu’ils impliquent.

En ligne 

PUBLI : Audran Aulanier “Politiques migratoires et expériences d’exil, Migrations Société

Numéro 188 de la revue Migrations Société intitulé “Politiques migratoires et expériences d’exil en France et en Allemagne”  coordonné par Audran Aulanier et Anja Bartel

Si l’Allemagne fait souvent figure de modèle dans le débat public et politique français sur les politiques d’accueil, cet intérêt n’est guère réciproque. À cela s’ajoute la quasi-absence de travaux scientifiques comparatifs sur les politiques d’accueil à l’égard des personnes en exil. Pour autant, comme le montre cette introduction à partir d’exemples relatifs aux systèmes de répartition des demandeurs d’asile, à l’organisation et aux résultats de la procédure d’asile, ainsi qu’aux différentes conceptions nationales de l’intégration, ces politiques, au-delà de leurs convergences, restent marquées par de fortes différences. Celles-ci invitent à enquêter sur les effets de ces politiques en France et en Allemagne en partant « du bas », à partir d’enquêtes empiriques mettant au centre les expériences de différents acteurs, tels que les villes, les associations ou les personnes en exil.

En ligne

JE REFPoM : Death in migratory context – Audran Aulanier & Ariane Zevaco – 5 juillet 2022

Workshop “Death in migratory context. Methodologies, funeral services, vulnerabilities.”  Mardi 5 juillet 2022 – Campus Condorcet à Aubervilliers 

 

The REFPoM project (“Circulating the dead. Post-socialist funeral rituals and economies in a migratory context”), funded since 2018 by the National Agency for Research, aimed to explore two lines of research on the treatment of death in migration in the post-Soviet space. The first approach aimed to study funeral rituals as a place where the boundaries between the formal and informal economy and the power relations between community and institution are played out. A second approach was interested in how death in migration affects the construction of family memory and relations to political institutions, especially in a context of weak institutional involvement on this issue.

In addition, this project assumed that the post-Soviet space conveys specific features: the colonial and Soviet history, the central role of Russia as a destination country for regional migration, a relatively easy border crossing that contrasts with the great administrative complexity of the arrival in Russia, and the informal nature that characterizes the highly profit- oriented Russian funeral sector. These were all factors likely to affect in a similar way how people in migration deal with death and mourning situations. Still, despite a number of shared features, we were able to observe significant differences depending on the origin of the migrants, due for example to the political and diplomatic relations between the countries of departure and arrival, or to the level of structuring of village organizations in the country of arrival.

With this workshop, the members of the REFPoM project want to share the results of the four years of research, and to open their work to discussion as well as to geographical and methodological comparison. In order to enrich the reflection and to outline future research avenues, the workshop will be structured by three sessions:

– The first will address methodological issues in the investigation and dissemination of research on death and risk in migration situations

– The second will focus on the emergence of a sphere dedicated to the production and distribution of specialised funeral goods and services.

– The third will address the manufacture of vulnerabilities at work in a context of migration.

PUBLI : Laura Odasso “Intimacy Brokers” in Transnational Marriage and Partner Migration, 2022

Odessa L. et Salcedo M., 2022. « Intimacy Brokers. The Fragile Boundaries of Activism for Heterosexual and Same-Sex Binational Couples in France», in D’Aoust Anne-Marie (ed.), Transnational Marriage and Partner Migration: Constellations of Security, Citizenship and Rights, Rutgers University Press, p. 171-188.

Résumé de l’ouvrage

This multidisciplinary collection investigates the ways in which marriage and partner migration processes have become the object of state scrutiny, and the site of sustained political interventions in several states around the world. Covering cases as varied as the United States, Canada, Japan, Iran, France, Belgium or the Netherlands, among others, contributors reveal how marriage and partner migration have become battlegrounds for political participation, control, and exclusion. Which forms of attachments (towards the family, the nation, or specific individuals) have become framed as risks to be managed? How do such preoccupations translate into policies? With what consequences for those affected by them, in terms of rights and access to citizenship? The book answers these questions by analyzing the interplay between issues of security, citizenship and rights from the perspectives of migrants and policymakers, but also from actors who negotiate encounters with the state, such as lawyers, non-governmental organizations, and translators.

Site de l’éditeur : https://www.rutgersuniversitypress.org/transnational-marriage-and-partner-migration/9781978816701

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search