Clothilde Arnaud, Audran Aulanier, Marie Trossat

Notre idée est de réussir à montrer la complexité de l’habiter des exilé.e.s sur nos terrains respectifs (Bruxelles, Lille et Lyon). A partir de l’image et du son, nous voudrions montrer le rapport dynamique qui existe entre “l’intime” et le “public” : on ne peut pas envisager un espace intime, où l’on puisse se reposer et reprendre des forces, sans penser en même temps l’espace public qui permet aussi de “se sentir habiter pleinement”. Le sentiment d’habiter correspond ainsi en partie à la faculté d’aller et venir dans divers espaces et de s’aménager ainsi un milieu d’hospitalité.

Les exilé.e.s rencontré.e.s sur nos terrains, s’ils ne manquent pas d’inventivité pour aménager leurs espaces, voient leurs vies marquées principalement par de grandes contraintes spatiales. Dans le but d’explorer la variété de ces contraintes tout en prenant garde à préserver l’anonymat des personnes concernées, trois types de photographies (intérieurs, façades des lieux habités, espaces publics) seront d’abord utilisées, ainsi qu’une carte schématique des lieux où ont vécu les personnes.

Un premier résultat serait donc une exposition photo basée sur ces trois séries de photos, et ces cartes schématiques, qui représenterait les parcours de 8 à 9 exilée.e.s.

Ensuite, ces photos seront aussi la base d’un échange renouvelé, enregistré, avec les personnes rencontrées. À travers les personnages choisis, nous pouvons interroger le commun et le particulier des situations et des lieux traversés. Cela invite à penser des modes d’enquête et de production graphique et sonore différentes. Quels types d’espaces ils et elles ont pu rencontré ? Où vivent-iels désormais ? Quels objets ont-iels toujours transporté avec elleux ? Quel rapport, souvenir entretiennent-iels avec ces espaces habités ? Comment cela se construit en vue de leur situation actuelle ?

Si l’on prend pour hypothèse le point de repère : le centre, le foyer > est-ce qu’iels s’y sentaient chez elleux ? Qu’est-ce qui en contraignait ce sentiment ? Est-il différent actuellement ?

> Un second résultat prévu est la réalisation de quelques podcasts de 20 à 30 minutes, à la fois à écouter indépendamment et en regardant les photos (mise en ligne des photos + podcasts de manière superposée idéalement, en plus de l’exposition avec des tirages)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search