PUBLI : Stéphanie Dadour, « Le relevé pour saisir la fabrique du foyer avec un étranger », De Facto, 2020

Le relevé pour saisir la fabrique du foyer avec un étranger

Entretien avec Stéphanie Dadour, historienne de l’architecture.
Propos recueillis par Perin Emel Yavuz

Lorsque des citoyens offrent un lieu de vie aux migrants, le foyer se transforme en tissant de nouveaux liens. Stéphanie Dadour effectue des relevés pour étudier ces formes de cohabitation.

En ligne : https://www.icmigrations.cnrs.fr/2020/02/24/defacto-016-05/

 

PUBLI : Laura Odasso, « Negotiating Legitimacy », Anthropologica, vol. 63, n°1, 2021

« Negotiating Legitimacy : Binational Couples in the Face of Immigration Bureaucracy in Belgium and Italy »

Drawing from ethnographic research conducted with binational heterosexual couples negotiating their legitimacy in the face of immigration bureaucracy in Belgium and Italy, I explore the interplay between marriage migration governmentality and personal subjectivities. In a context of increased political scrutiny, I illustrate how binational couples wield their intimacy to become and stay legal ; and how their experiences of the bureaucratic encounters impact on both partners’ agency, producing swinging emotions and improving their legal culture. In Belgium and Italy, marriage to a citizen remains a pathway towards securing residence for the migrant partner. Hence, in both countries these formalities, that I frame as a network of bordering practices, are increasingly – but differently – policed defining divergent marriage migration regimes but similar shared migratory careers for the couples. The potency of the legal-bureaucratic culture fashions the couples’ journey through immigration law and its street-level implementation. Nevertheless, beyond the opportunity structures and nationally anchored constraints, the analysis demonstrates that the partners’ agency similarly emerges from the migration management at large, their personal legal status and biographical resources, and interactions with intermediaries at the margin of immigration bureaucracy. Such agency – triggered by intimate intentions and expectations – is contingent and relational.

En ligne : https://cas-sca.journals.uvic.ca/index.php/anthropologica/article/view/273

PUBLI : Audran Aulanier, « Composer avec une intimité déniée », Genre, sexualité & société, n° 26, 2021

« Composer avec une intimité déniée »: demandeurs d’asile en France et en Allemagne – Habitabilité précaire, masculinité exclue, identité fragilisée »

Résumé

Pour les demandeurs d’asile, la vie au sein des institutions d’accueil est faite d’attente et d’un rapport à l’espace complexe. À ces deux niveaux – temporel et spatial –, ils vivent et ressentent une extrême pression sensorielle de l’intranquillité qui pèse sur leur identité et leurs capacités à faire vivre des relations, à absorber les chocs des interactions pour créer une sphère commune. Cette pression rend très précaire la possibilité de s’aménager une sphère intime dans laquelle se reposer, reprendre des forces face à l’inhospitalité globale du système d’asile. Cet article insiste d’abord sur le thème de l’habiter, montrant que l’espace de vie des demandeurs d’asile est impropre à les protéger et qu’il ne leur donne pas la possibilité de recevoir, ce qui leur conférerait un pouvoir sur le lieu. À partir de ces difficultés à recevoir – alors même que recevoir constitue une envie centrale chez les demandeurs d’asile –, je croise le thème de l’habiter à celui de la sexualité, pour montrer que les difficultés à rencontrer des femmes (et a fortiori d’avoir une vie sexuelle), quand elles s’ajoutent à l’absence de travail et d’un foyer, prend une place importante dans la dévalorisation globale de la masculinité des demandeurs d’asile et leur exclusion des masculinités légitimes.

En ligne : https://journals.openedition.org/gss/6872

PUBLI : Alice Latouche, « Ouvrez les frontières ! Ouvrez les villes », Espace populations sociétés, 2021

« Ouvrez les frontières ! Ouvrez les villes ! » : L’effet paradoxal des politiques d’hébergement sur la vulnérabilité des femmes migrantes à Athènes

Résumé

Cet article entreprend d’analyser, par une étude genrée, l’impact paradoxal du programme d’hébergement pour les migrants « vulnérables » (ESTIA) sur les femmes en exil, dans la ville d’Athènes. Il s’agira d’abord de s’intéresser au processus de sélection des « vulnérables », en montrant qu’il s’appuie sur des représentations genrées de la vulnérabilité : par conséquent, pour pouvoir intégrer le programme d’hébergement, les femmes sont contraintes de performer la vulnérabilité conformément aux attentes implicites des travailleurs sociaux. Pour comprendre toute l’ambivalence de ce programme, pensé à la fois comme une aide humanitaire et une politique d’intégration, nous analyserons ensuite ce qu’il advient aux femmes reconnues vulnérables, une fois qu’elles sont sorties du programme. Devant la difficulté de trouver un emploi légal et de louer un appartement, la plupart se retrouve à la rue. L’étude de leur parcours dans la ville met alors en perspective le paradoxe de politiques publiques d’hébergement pour les « vulnérables », qui, fonctionnant par sélection, exclusion, et à court terme, renforcent les rapports de domination multiples que subissent les femmes et leur exposition à la violence.

En ligne https://journals.openedition.org/eps/11692

Intervention le 18 mars 2022 de Judith Hayem : Permettre l’expression de l’intimité 

Permettre l’expression de l’intimité :
L’accompagnement juridique des demandeurs d’asile entre engagement militant et compétences personnelles
 
 
« Militante au sein d’un collectif d’étudiants en exil depuis 5 ans, j’ai initié il y a un an un travail de recherche sur l’accompagnement juridique des demandeurs d’asile en métropole lilloise au sein de l’équipe de recherche Migralang.2.0. Mon expérience militante m’est utile dans mon travail de chercheuse mais la condition sine qua non d’un protocole de connaissance est de mon point de vue de ne pas confondre processus d’enquête et processus militant ; ce que j’ai argumenté en détails dans mon Habilitation à diriger des recherches. Dès lors, comment construire des participations observantes heuristiques et vigilantes au centre LGBTQIF+ où j’ai initié une enquête de terrain sur l’accompagnement juridique de personnes demandant l’asile au titre des persécutions subies pour leur orientation sexuelle ? Quelle réflexivité particulière faut-il exercer pour que le travail de terrain reste fécond ? A la croisée de plusieurs axes de travail du séminaire, je reviendrai sur ces questions épistémologiques, d’une part pour de l’autre, présenter les premiers résultats de cette enquête sur les subjectivations politiques à l’œuvre dans les processus d’accompagnement juridique. Je convoquerai à cet effet les résultats de l’enquête en cours au centre LGBTQIF+ en montrant comment les apprentissages militants initiaux au sein du collectif ont nourri ma grille de questionnement et m’ont permis une appréhension des questions juridiques éclairée indispensable pour faire ce terrain. Puis j’insisterai sur la notion d’accueil propre au travail du Centre. Je montrerai comment cette catégorie émique permet l’expression de l’intimité utile aux récits destinés à la CNDA et l’OFPRA. Pratique bien distincte de celle du collectif. »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search