Stéphanie Dadour et Alice Latouche

Dans le cadre du projet Intimigr, nous souhaiterions nous concentrer sur des récits de soi racontés par le biais de souvenirs de scènes ordinaires et d’évènements extraordinaires, qui ont façonné la construction du soi. Ces souvenirs marquants, intimes, interprétés par ceux qui les ont vécus, ont en commun d’être des « micro-histoires » qui défient les stéréotypes des représentations des migrants et de la migration. Dans les situations « ordinaires », nous pensons à des moments partagés ou non, d’un quotidien banal, mais qui revêtent aux yeux de ceux qui les racontent une certaine importance, puisqu’ils ont contribué à construire des désirs, des horizons d’attente, une certaine perception de la vie et de ce qu’on pouvait en espérer. En ce sens, il peut s’agir de souvenirs de bruits, de certaines scènes qui forgent une habitude, d’espaces traversés quotidiennement ou de repas partagés.

Comme le souligne George Pérec : « Ma « sociologie » de la quotidienneté n’est pas une analyse, mais seulement une tentative de description et, plus précisément, description de ce que l’on ne regarde jamais parce que l’on y est, ou que l’on croit que l’on y est, trop habitués et pour lequel il n’existe habituellement pas de discours (…). Il s’agit d’un déconditionnement : tenter de saisir, non ce que les discours officiels (institutionnels) appellent l’événement, l’important, mais ce qui est en dessous, l’infra-ordinaire, le bruit de fond qui constitue chaque instant de notre quotidienneté ». Nous souhaiterions confronter le récit de ces souvenirs de scènes « ordinaires » à celles de situations « extra-ordinaires », qui témoignent d’un basculement, marquants un « avant » et un « après » dans la vie des personnes migratoires. Ces représentations, qu’elles soient rapportées sous forme du récit d’une scène spécifique, ou de manière symbolique, constituent un élément central dans la construction subjective de l’expérience de la migration. Elles sont des moments de rupture dans la mesure où elles rendent compte de la spécificité des violences dans les parcours et les situations propres à la migration et aux conditions de cette dernière. Elles ne sont pas partagées collectivement, et ne sont pas de l’ordre de l’expérience de l’exil, de l’éloignement géographique, culturel ou linguistique. Autrement dit, la confrontation de ces souvenirs qui ont, à leurs yeux, été constitutifs, ou décisifs dans la construction de soi, permettent de questionner l’intrusion de la violence dans un quotidien ordinaire, ou bien au contraire la reconstruction d’un quotidien dans un monde perpétuellement incertain, ou encore comment un seul espace peut concentrer des souvenirs chers, tandis que pour d’autres, il renvoie à un épisode traumatique.

La forme envisagée pour ce projet serait pour le moment des enregistrements audios.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search