PUBLI : Audran Aulanier “Politiques migratoires et expériences d’exil, Migrations Société

Numéro 188 de la revue Migrations Société intitulé “Politiques migratoires et expériences d’exil en France et en Allemagne”  coordonné par Audran Aulanier et Anja Bartel

Si l’Allemagne fait souvent figure de modèle dans le débat public et politique français sur les politiques d’accueil, cet intérêt n’est guère réciproque. À cela s’ajoute la quasi-absence de travaux scientifiques comparatifs sur les politiques d’accueil à l’égard des personnes en exil. Pour autant, comme le montre cette introduction à partir d’exemples relatifs aux systèmes de répartition des demandeurs d’asile, à l’organisation et aux résultats de la procédure d’asile, ainsi qu’aux différentes conceptions nationales de l’intégration, ces politiques, au-delà de leurs convergences, restent marquées par de fortes différences. Celles-ci invitent à enquêter sur les effets de ces politiques en France et en Allemagne en partant « du bas », à partir d’enquêtes empiriques mettant au centre les expériences de différents acteurs, tels que les villes, les associations ou les personnes en exil.

En ligne

PUBLI : Audran Aulanier, « Composer avec une intimité déniée », Genre, sexualité & société, n° 26, 2021

« Composer avec une intimité déniée »: demandeurs d’asile en France et en Allemagne – Habitabilité précaire, masculinité exclue, identité fragilisée »

Résumé

Pour les demandeurs d’asile, la vie au sein des institutions d’accueil est faite d’attente et d’un rapport à l’espace complexe. À ces deux niveaux – temporel et spatial –, ils vivent et ressentent une extrême pression sensorielle de l’intranquillité qui pèse sur leur identité et leurs capacités à faire vivre des relations, à absorber les chocs des interactions pour créer une sphère commune. Cette pression rend très précaire la possibilité de s’aménager une sphère intime dans laquelle se reposer, reprendre des forces face à l’inhospitalité globale du système d’asile. Cet article insiste d’abord sur le thème de l’habiter, montrant que l’espace de vie des demandeurs d’asile est impropre à les protéger et qu’il ne leur donne pas la possibilité de recevoir, ce qui leur conférerait un pouvoir sur le lieu. À partir de ces difficultés à recevoir – alors même que recevoir constitue une envie centrale chez les demandeurs d’asile –, je croise le thème de l’habiter à celui de la sexualité, pour montrer que les difficultés à rencontrer des femmes (et a fortiori d’avoir une vie sexuelle), quand elles s’ajoutent à l’absence de travail et d’un foyer, prend une place importante dans la dévalorisation globale de la masculinité des demandeurs d’asile et leur exclusion des masculinités légitimes.

En ligne : https://journals.openedition.org/gss/6872

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search