PUBLI : Audran Aulanier, « Composer avec une intimité déniée », Genre, sexualité & société, n° 26, 2021

« Composer avec une intimité déniée »: demandeurs d’asile en France et en Allemagne – Habitabilité précaire, masculinité exclue, identité fragilisée »

Résumé

Pour les demandeurs d’asile, la vie au sein des institutions d’accueil est faite d’attente et d’un rapport à l’espace complexe. À ces deux niveaux – temporel et spatial –, ils vivent et ressentent une extrême pression sensorielle de l’intranquillité qui pèse sur leur identité et leurs capacités à faire vivre des relations, à absorber les chocs des interactions pour créer une sphère commune. Cette pression rend très précaire la possibilité de s’aménager une sphère intime dans laquelle se reposer, reprendre des forces face à l’inhospitalité globale du système d’asile. Cet article insiste d’abord sur le thème de l’habiter, montrant que l’espace de vie des demandeurs d’asile est impropre à les protéger et qu’il ne leur donne pas la possibilité de recevoir, ce qui leur conférerait un pouvoir sur le lieu. À partir de ces difficultés à recevoir – alors même que recevoir constitue une envie centrale chez les demandeurs d’asile –, je croise le thème de l’habiter à celui de la sexualité, pour montrer que les difficultés à rencontrer des femmes (et a fortiori d’avoir une vie sexuelle), quand elles s’ajoutent à l’absence de travail et d’un foyer, prend une place importante dans la dévalorisation globale de la masculinité des demandeurs d’asile et leur exclusion des masculinités légitimes.

En ligne : https://journals.openedition.org/gss/6872

Intervention le 18 mars 2022 de Judith Hayem : Permettre l’expression de l’intimité 

Permettre l’expression de l’intimité :
L’accompagnement juridique des demandeurs d’asile entre engagement militant et compétences personnelles
 
 
« Militante au sein d’un collectif d’étudiants en exil depuis 5 ans, j’ai initié il y a un an un travail de recherche sur l’accompagnement juridique des demandeurs d’asile en métropole lilloise au sein de l’équipe de recherche Migralang.2.0. Mon expérience militante m’est utile dans mon travail de chercheuse mais la condition sine qua non d’un protocole de connaissance est de mon point de vue de ne pas confondre processus d’enquête et processus militant ; ce que j’ai argumenté en détails dans mon Habilitation à diriger des recherches. Dès lors, comment construire des participations observantes heuristiques et vigilantes au centre LGBTQIF+ où j’ai initié une enquête de terrain sur l’accompagnement juridique de personnes demandant l’asile au titre des persécutions subies pour leur orientation sexuelle ? Quelle réflexivité particulière faut-il exercer pour que le travail de terrain reste fécond ? A la croisée de plusieurs axes de travail du séminaire, je reviendrai sur ces questions épistémologiques, d’une part pour de l’autre, présenter les premiers résultats de cette enquête sur les subjectivations politiques à l’œuvre dans les processus d’accompagnement juridique. Je convoquerai à cet effet les résultats de l’enquête en cours au centre LGBTQIF+ en montrant comment les apprentissages militants initiaux au sein du collectif ont nourri ma grille de questionnement et m’ont permis une appréhension des questions juridiques éclairée indispensable pour faire ce terrain. Puis j’insisterai sur la notion d’accueil propre au travail du Centre. Je montrerai comment cette catégorie émique permet l’expression de l’intimité utile aux récits destinés à la CNDA et l’OFPRA. Pratique bien distincte de celle du collectif. »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search