Yohann Caradec, Juliette Duclos-Valois, Chloé Ollitrault

Dans le cadre du projet Intimigr’, nous proposons un travail qui explore le lien entre la construction d’intimités et les dimensions d’un habiter.
Tous les trois, nous partageons des terrains éloignés, mais qui se rejoignent autour de la difficulté pour nos interlocuteurs·trices à s’établir de façon pérenne dans un logement (personnes déplacées internes, exilées, personnes qui migrent en famille ou pour rejoindre leur famille). De ce fait, nous souhaitons questionner les conditions de la production d’une intimité dans des situations où a priori le domicile est davantage un lieu de contrainte qu’un espace de sérénité. Comment construire un « chez soi » lorsque l’on est amené à changer régulièrement de lieu de résidence ? Comment transformer un habitat désigné pour soi en un habitat à soi ? Comment faire face à la promiscuité (que celle-ci soit avec des membres de sa famille ou des étrangers), à l’insalubrité, à l’incertitude qui pèse sur les trajectoires de chacun·ne ? Aussi, dans ces conditions, comment organiser et tenter de préserver l’intimité des personnes avec qui l’on partage ce logement ? Et que vient montrer cette organisation sur notre propre conception de l’intimité ?

Pour répondre à ces interrogations, nous porterons une attention particulière à l’agencement du domicile et à la façon dont il est investi par les individus (rythme des activités, précautions, objets). Mais, puisque les situations d’habitation limitent le développement d’une intimité (entendue comme un rapport à soi et aux autres), il s’agira également de s’intéresser aux interstices dans lesquelles celle-ci peut se déployer, notamment au monde numérique et aux espaces extérieurs à leur lieu de vie.
Nous proposerons une restitution qui articule photographies et textes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search